Les acteurs étatiques et non étatiques évaluent L’environnement d’intervention de la société civile

Les acteurs étatiques et non étatiques évaluent L’environnement d’intervention de la société civile

Un atelier sur l’étude de l’environnement des Associations Nationales a eu lieu le 30 Juillet 2014 dans la salle de Conférence du SPONG. Il s’est agi d’évaluer de façon précise et concise l’état de santé de l’environnement du secteur de la société civile.

« L’Etude internationale sur l’étude de l’environnement de la société civile participe à des initiatives de renforcement des acteurs non étatiques », a affirmé le directeur général des libertés publiques », Aristide BERE.

Mesurer le degré de libéralisation du cadre institutionnel et règlementaire vis-à-vis des organisations de la société civile, tel a été le maitre mot de l’atelier du jour. En effet, à travers la communication de SIAKA Coulibaly du RESOCIDE, il s’est agit de passer en revue toutes les données en matière d’organisation, création et fonctionnement des OSC, les cadres de dialogue et de participation, les relations entre les organisations de la société civile et l’ETAT, toutes les difficultés rencontrés et défis à relever,etc.

[caption id="attachment_1223" align="alignnone" width="480"]Siaka COULIBALY de RESOCIDE, communicateur du Jour Siaka COULIBALY de RESOCIDE, communicateur du Jour[/caption]

Selon Aristide Béré, le MATS reste intéressé par les résultats de l’étude. Il a affirmé rester disponible pour des échanges ultérieurs.

[caption id="attachment_1219" align="alignnone" width="480"]le directeur général des libertés publiques », Aristide BERE. le directeur général des libertés publiques », Aristide BERE.[/caption]

Le projet des Evaluations Nationales de l’Environnement favorable des OSC (EENA), développées conjointement par CIVICUS et ICNL dans le cadre du programme de l’Initiative pour l’Espace civique (« Civic Space Initiative » CSI), propose un guide précis de l’étude prospective qui permettra de caractériser de façon exhaustive la nature de l’environnement de la société au niveau national. Les dites évaluations reposent sur des données collectées sur le terrain.

Une trentaine de participants a pris part à cet atelier et vont constituer selon le coordonnateur du SPONG, les points focaux dans leur service dans le domaine de l’environnement de la société civile. Il a terminé en invitant les différents acteurs à murir davantage la réflexion sur les actions à mener car l’étude se poursuit toujours et d’autres cadres d’échanges sont également prévus.

]]>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *