Appel à projet du Fonds National pour la Recherche et l’Innovation pour le Développement (FONRID) ouvert : deadline 31 août 2013

Le Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MRSI) du Burkina Faso à travers le Fonds National pour la Recherche et l’Innovation pour le Développement à travers so (FONRID) vient de lancer son 3 ème appel à projet. Le présent appel à projets s’adresse principalement aux projets de recherche-développement et aux projets de valorisation de résultats de la recherche en vue de la sélection de projets de recherche et d’innovation pour financement sur budget national du FONRID exercice 2014. Numéro de l’appel : FONRID/AP3/NCP/PC/2013 Date de publication : 1er Août 2013 Source de financement : Budget national 2014 du FONRID Durée du projet : 12 à 36 mois Date de soumission des notes conceptuelles La NCP doit être envoyée en formats papier et électronique au FONRID le 31 Août 2013 à 17 h au plus tard. Le FONRID est situé aux 1200 logements, Tél : 50 36 27 70 ou 70 24 26 13, adresse émail : fonrid@recherche.gov.bf. Aucun dossier ne devrait être envoyé par fax. Notification des résultats Les proposants dont les notes conceptuelles ont été jugées pertinentes et recevables recevront une notification pour la rédaction de leurs propositions complètes. Les résultats seront aussi disponibles sur le tableau d’affichage du FONRID sis aux 1200 logements et sur le site web www.fonrid.gov.bf. Ces résultats seront disponibles au plus tard le 30 Septembre 2013 à 17h. Les promoteurs des notes conceptuelles retenues auront un délai de deux (02) mois pour déposer les projets complets. Langue de rédaction : Le français Axes thématiques L’appel concerne les axes suivants : •La santé : on s’intéressera notamment aux : - maladies tropicales négligées, un groupe de maladies infectieuses défini par l’OMS : Dracunculose, dengue, onchocercose, filariose lymphatique, leishmaniose, lèpre, helminthiases tellurique ou vers intestinaux, trachome, trypanosomiase humaine africaine, tréponématoses (pian, syphilis endémique à l’exclusion de la syphilis vénérienne qui est une IST due à Treponema pallidum), schistosomiases, rage, ulcère de Buruli ; qui touchent les populations les plus pauvres ou enclavées ; - maladies chroniques telles que : les cancers, les maladies cardio-vasculaires y compris leurs facteurs de risque (hypertension, diabète, obésité, etc.) ; - pathologies qui, du fait de l’urbanisation croissante, des changements de mode de vie et des modifications environnementales, deviennent de véritables problèmes de santé publique au Burkina Faso, en particulier les traumatismes dus aux accidents de la voie publique, les affections liées aux pollutions environnementales, aux industries extractives minières (à l’exclusion des IST), les envenimations par morsures de serpent. Ne sont pris en compte le paludisme, le VIH Sida et la tuberculose.

  •  L’Agriculture : au sens large, elle inclut la production végétale, forestière, animale et halieutique. Le défi est de produire plus et mieux dans un contexte de développement durable, malgré les incertitudes liées aux changements climatiques. Il faut progresser dans le domaine de la fertilité des sols, de l’agriculture écologiquement intensive, de la génétique, de la protection des espèces et du maintien de leur diversité, de la lutte contre les pathologies animales et végétales et leurs vecteurs, etc. Pour valoriser le travail des paysans et nourrir les villes, les connaissances sur l’ensemble de la chaîne de valeur agroalimentaire doivent fortement progresser. Les aspects liés à la sécurité alimentaire pourront également être étudiés.
Dans le présent appel, les recherches sur les filières karité, maïs, riz, niébé et bétail-viande ne sont pas concernées pour éviter la duplicité avec le fonds compétitif national du PPAAO/WAAPP.
  • Le développement urbain : l’armature urbaine burkinabè est caractérisée par une forte croissance urbaine entraînant des conséquences culturelles (banditisme, drogue, prostitution et divers comportements déviants) car la ville est le lieu de relâchement des mœurs. Elle engendre aussi des conséquences sociales et économiques (problèmes d’emploi, de logement, de santé et d’éducation, etc.). Les problèmes environnementaux ne sont pas des moindres au regard des fortes pressions démographiques sur l’espace habité avec comme corollaire, des déchets liquides et solides en quantités considérables et dont le traitement n’est pas assuré d’avance. L’émission des gaz d’échappement des moteurs à combustion pollue davantage l’atmosphère et le cadre de vie ambiant.
La problématique des activités économiques, en raison de leurs effets multiples sur l’organisation et le fonctionnement même de l’espace urbain et périurbain (typologie des emplois, localisation des activités, impact sociaux, environnementaux et économiques, gouvernance des villes, etc.) est stratégique.
  • La société
Le Burkina Faso est constitué d’une mosaïque culturelle. Cette diversité peut être source de dynamisme novateur pour peu qu’elle soit judicieusement mobilisée et canalisée. De fait, malgré la diversité du peuplement et des religions, le pays dispose de mécanismes favorables à la tolérance et à la paix. Les atouts sociaux qui contribuent à la préservation de la stabilité sociale sont l’existence de passerelles de dialogues et de combinaisons sociales (parenté à plaisanterie), et le fait que les conflits religieux ne sont ni acceptés, ni tolérés : le pays se caractérise par l’attachement des leaders communautaires et religieux à la préservation de la paix, et par le recours à des conseils de sages au niveau des quartiers et des villages dans la recherche de consensus ou de conciliation. Cependant, on observe que la société burkinabè est confrontée à une perte de ses valeurs identitaires et de sa culture, ce qui engendre une acculturation de plus en plus importante des jeunes générations intéressées par les valeurs exogènes. Cette perte causée entre autres, par une faible offre de production et de diffusion culturelle et artistique destinée aux enfants et aux jeunes est aujourd’hui accélérée par les mass média, les industries du savoir et des loisirs, les technologies de l’information et de la communication (TIC). Il s’agira de proposer des projets de recherche-développement dont la vulgarisation des résultats permettra de pallier ces dérives dangereuses pour l’avenir de la société Burkinabè.
  • Les enjeux environnementaux sont abordés transversalement. Ils intègrent notamment :
  • la compréhension des modalités et des conséquences des changements climatiques (observées ou potentielles) ;
  • la compréhension des changements anthropiques, notamment la pression anthropique sur les ressources, les sols, etc.
Eligibilité Seules les institutions burkinabè sont éligibles au présent appel. Toutefois, une structure internationale menant des activités au Burkina Faso peut être associée à un appel à projets sans en être le porteur. Peuvent faire acte de candidature au présent appel à projets du FONRID, toute équipe de recherche, d’encadrement technique, de vulgarisation, tout innovateur ou inventeur, émanant des structures nationales publiques ou privées officiellement reconnues au Burkina Faso. Les projets regroupant des équipes interinstitutionnelles et pluridisciplinaires et incluant la formation de courte durée des jeunes sont exigés. Procédures de soumission Les étapes du processus de soumission sont les suivantes :
  • Etape 1 : Elaboration et soumission d’une note conceptuelle du projet
  • Etape 2 : Après acceptation par le FONRID, soumission du document de projet complet.
Le dossier de soumission de la Note Conceptuelle de quatre (04) pages maximum rédigé en police Time New Roman, taille 12, interligne 1, est composé de la fiche de candidature (annexe a, 1 page maximum), la fiche d’identification de projet (annexe b, 2 pages maximum), Contexte et justification (1/2 page maximum), Partenaires, leurs rôles et responsabilités (1/2 page maximum) (voir Guide de rédaction de projets). Le dossier doit parvenir au secrétariat du FONRID sis aux 1200 logements, 01 BP 5933 Ouagadougou 01, fonrid@recherche.gov.bf. La direction du FONRID est chargée de la réception, de la vérification de la conformité et du traitement préliminaire des requêtes de financement. Elle apportera aux équipes de recherche toute assistance requise pour la compréhension des procédures et la préparation des dossiers de soumission. Critères de recevabilité des notes conceptuelles Les idées de projets doivent être basées sur des acquis préalables et les résultats attendus réalisables dans la durée du projet.
  • la proposition de note conceptuelle de projet doit être soumise dans les délais, aux formats demandés et être complète ;
  • le coordonnateur du projet ou un membre de l’équipe de projet ne doit pas être membre de l’équipe du FONRID ;
  • le nombre minimal de partenaires institutionnels (y compris l’institution du coordinateur) est de trois (3) ;
  • une équipe de recherche peut soumettre au plus un et un seul projet par appel ;
  • une personne (chercheur, vulgarisateur, inventeur, etc.) peut faire partie au plus de deux équipes de recherche par appel à projets du FONRID. Cependant, elle ne peut coordonner qu’un seul projet ;
  • la durée du projet est de 12 à 36 mois ;
  • le montant de la subvention demandée au FONRID est de trente (30) millions de francs CFA au maximum, cependant le coût total du projet peut être supérieur à ce montant en cas de cofinancement (encouragé).
Institution partenaires : Les institutions partenaires peuvent être de structures publiques et privées faisant de la recherche-développement (Universités, centres de recherche, instituts de recherche), des ONG, des associations des producteurs, d’inventeurs, d’innovateurs, des PME-PMI, etc., officiellement reconnues au Burkina Faso. Critères et procédures de sélection des notes conceptuelles de projets Les critères de sélection des projets de recherche-développement ou de valorisation sont, entre autres : (i) la pertinence, (ii) la conformité avec les termes de l’appel, (iii) l’impact potentiel des résultats, (iv) la qualité de l’équipe (scientifique, caractère pluridisciplinaire et la coopération entre les institutions), (v) le budget. La procédure d’évaluation se fera en deux étapes : une présélection à partir des notes conceptuelles de projets (NCP). Les proposants des NCP retenues seront invités à soumettre des projets détaillés qui feront l’objet d’une présélection au niveau du FONRID avant d’être transmis pour une sélection finale au Comité scientifique et technique et au Conseil de gestion du FONRID. Autres informations Les candidats devront consulter le manuel de gestion du FONRID et le guide de rédaction des projets disponibles au secrétariat (Sis aux 1200 logements ex siège du comité national d’organisation du 11 décembre) et sur le site du FONRID www.fonrid.gov.bf, afin de respecter le canevas. Tout projet ne respectant pas rigoureusement ces canevas sera purement et simplement jugé irrecevable et ne sera pas évalué. Pour toute information bien vouloir appeler au 50 36 27 70, 50 41 25 48, 70 24 26 13, 76 64 95 00, 70 12 52 62 ou écrire à fonrid@recherche.gov.bf . N.B. : Le non respect des critères consignés dans le guide de rédaction (canevas, nombre de pages, police, taille des caractères, etc.) entraîne automatiquement le rejet de la note conceptuelle ou du projet complet !! PIÈCES JOINTES ]]>

One thought on “Appel à projet du Fonds National pour la Recherche et l’Innovation pour le Développement (FONRID) ouvert : deadline 31 août 2013”

  1. Merci pour cette d’opportunité offerte. Il me semble que les dates sont dépassées (2013 au lieu de 2015). Aussi il n’a pas été possible de télécharger les guides d’élaboration mis en pièces jointes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *