LE SPONG RÉFLÉCHIT SUR L’ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT DU BURKINA

LE SPONG RÉFLÉCHIT SUR L’ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT DU BURKINA

Les 20 et 21 avril 2016, le Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales (SPONG) était en atelier de réflexion et plaidoyer à Ouagadougou. A la clôture des travaux ce jeudi 21 avril 2016, les 21 organisations actives dans le domaine réunies, ont présenté les conclusions pour définir les bases de création d’un environnement favorable aux entreprises économiques sociales et solidaires au Burkina.

Le rapport appelé « déclaration de Ouagadougou sur l’économie sociale et solidaire et l’autonomisation des femmes » est la fumée blanche sortie des deux jours de travaux des 21 participants à l’atelier de réflexion et plaidoyer du SPONG.

La rencontre de réflexion a porté sur  l’importance de l’économie sociale et solidaire pour le Burkina et pour les femmes surtout. Selon les conclusions de cet atelier, l’économie sociale et solidaire peut être  le moteur de développement du Burkina dans les prochains jours. Egalement considérée, comme une alternative à la lutte contre la pauvreté, l’économie sociale et solidaire permet une autonomisation économique des femmes.  

« Sans l’accompagnement de l’Etat, les  ONG ne peuvent réussir leurs missions », a laissé entendre un des intervenants. Pour cela,  le gouvernement burkinabè est appelé à  adapter la fiscalité aux entreprises œuvrant dans le domaine de l’économie sociale et solidaire.  Cela devrait  leur permettre de se développer  et de se déployer afin de résorber le chômage.

L’accent a également été mis sur  un plaidoyer « pour que le gouvernement, les partenaires techniques et financiers puissent financer et soutenir cette approche dans le cadre de la réduction de la pauvreté »  a souligné Nadine Tamboura, directrice du partenariat avec les ONG à la direction générale de la coopération.

Selon le conseil Wallon de l’économie sociale, l’économie sociale et solidaire regroupe les activités économiques exercées par des sociétés, principalement coopératives dont la finalité est de servir la collectivité plutôt que le profit.

Mariam Ouédraogo (stagiaire)

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.